Festival Fête du Bruit @ Landerneau – 07 août 2015

Cette année, c’était la septième édition du Festival Fête du bruit. Les concerts se déroulent dans le centre-ville de Landerneau sur les bords de l’Elorn. Si ce n’est pas le plus connu des festivals bretons, il offre pourtant tous les ans une programmation de qualité (ont déjà participé The Pogues, Madness, Simple Minds, Moby et bien d’autres). Alors il est vrai que les artistes présents attirent les foules, mais dans des registres bien différents. La première journée était plutôt pop et reggae alors que la deuxième était essentiellement rock. Malgré tout, le pari de l’éclectisme a été gagnant puisque cette septième édition a battu son record de fréquentation avec 32500 spectateurs les 7 et 8 août derniers.

Groundation @ Landerneau (Fete du bruit) - 7-8 aout 2015.jpg

N’ayant pu arriver pour la prestation du brestois Mickael Guerrand, la journée commencera avec le reggae de Groundation conduit par un Harrison Stafford en forme. Mais peut-être pas autant que ses deux choristes qui ont tout donné. Les ondes positives des californiens envahissent le public clairsemé devant la scène et finalement c’est une très bonne entrée en matière

 

Puis vient le tour de Lilly Wood & The Prick, qui propose une pop sympathique et douce. Nili Hadida s’excusera auprès de son public de ne pas être une grande oratrice entre les morceaux. Ils finiront par jouer le morceau que tout le monde attendait “Prayer in C” , peut-être le titre le plus connu depuis un remix de Robin Schulz. N’étant pas un connaisseur assidu de leur répertoire, je dois reconnaitre qu’ils peuvent sortir de scène avec le sentiment du devoir accompli.

Après avoir croisé la route de Ky Mani Marley en mai dernier, cette fois ce sera le tour de son frère Stephen Marley. Si le public apprécie son répertoire, il aime encore plus quand Stephen reprend les classiques de son père Bob Marley. Se succèderont les titres Is this love, Buffalo Soldier, Iron Lion Zion, Every little thing is gonna be alright, Could you be loved. Excellent concert passé en sa compagnie, je ne m’en lasse pas.

Pour le prochain artiste, j’avoue ne pas être très enchanté et reconnais avoir quelques a priori. Alors, d’un pas non décidé, je me dirige vers la scène pour l’arrivée de Mika. Décors cartoon très colorés, jusque-là pas de surprise, cela correspond à ce que j’attendais. Mais par contre la suite va me faire changer littéralement d’avis. Mika ne tient pas en place et saute partout tel un Zébulon. Il est toujours souriant et proche de son public avec lequel il ne cesse de communiquer. Il ira même jusqu’à inviter un festivalier déguisé en lapin rose à danser avec lui sur son piano. Je ne me suis pas précipité sur sa discographie depuis sa prestation, mais il faut admettre qu’il m’a fait passer un bon moment, et je comprends aisément pourquoi ses fans sont ravis de le suivre, chapeau l’artiste.

Je pense que le prochain chanteur sur la liste a donné quelques sueurs froides à l’organisation. En effet Snoop Dogg  a eu quelques déboires avec les autorités en Suède puis en Italie, la semaine précédant le festival. Et pourtant, il sera bien là pour la deuxième fois à Landerneau et pour son unique date en France. Il était très attendu, et malgré une attitude nonchalante, c’est tout de même un véritable showman. Et si certains festivaliers se disent déçus, il a quand même assuré le spectacle. Notamment avec la reprise de son tube Who am I (what’s my name)? et puis je ne me lasse pas de l’entendre chanter I love rock ‘n’ roll de Joan Jett. Un concert passé trop vite mais qui me laisse un bon souvenir.

Je profite du fait qu’on ne puisse photographier le prochain live pour me faire une pause et aller me restaurer.  Je verrai la fin du set de Fauve, devant un public sous le charme et totalement acquis à sa cause. Pourtant je n’arrive pas à rentrer dans leur univers et ne partage donc pas  l’engouement du public pour cette fois.

La soirée se terminera avec Gramatik, du gros son, des platines, une guitare, un saxophone. Le producteur Slovène installé à Brooklyn mêle hip-hop, funk, soul et jazz à la musique électronique. Mélange intéressant et efficace, qui fera danser les plus courageux jusqu’au bout de la nuit.